Faites-vous partie de ces personnes qui aimeraient commencer ou reprendre une activité créative (dessin, peinture, mixed media…) mais se sentent bloquées sans savoir exactement pourquoi ? Vous avez tout préparé, vous avez acheté du beau matériel (souvent de jolis papiers, crayons et feutres en tout genre vous attendent soigneusement rangés dans un placard), vous vous êtes préparés un petit coin de bureau pour pouvoir vous y installer facilement, vous avez même acheté un super cours en ligne qui vous permettra d’apprendre tout un tas de techniques très fun pour laisser libre cours à votre créativité… Et pourtant voilà, vous n’arrivez toujours pas à vous y mettre. Vous repoussez ce moment de créativité le plus possible, il arrive en dernier sur votre longue liste de choses à faire, pourtant vous savez que ce moment vous fera du bien, vous apportera cette bouffée d’air frais dont vous avez tant besoin. Alors pourquoi le repousser autant ?

Dans mon quotidien, je suis moi aussi confrontée à ce souci que l’on nomme parfois « procrastination ». Elle se manifeste de différentes manières, mais le résultat est toujours le même : notre projet créatif nous attend toujours au fond du placard ou sur notre bureau, prêt à être commencé et/ou terminé, mais se voit régulièrement repoussé à plus tard. Cela peut durer des jours, des semaines, parfois de longs mois, durant lesquels nous nous sentons coupables, frustrés ou « bloqués ». J’entends souvent ces débuts de phrases « il faut que je … « , « je ne trouve pas le temps de … « , « je n’ai pas encore réussi à … », « il faut vraiment que je m’y mette… ». Bien souvent au fond de nous-mêmes, nous savons qu’il suffirait d’une petite heure ou parfois de 15 minutes pour s’y mettre et prendre enfin ce moment créatif tant attendu, mais pourquoi est-ce tellement fréquent de le reporter à plus tard alors que nous en avons tellement envie ?

L’une des pistes que j’ai récemment explorées sont les croyances limitantes. Il s’agit de ces phrases que nous avons parfois entendues de façon récurrente ou que nous nous sommes répétées à nous-mêmes durant des années, tellement qu’elles ont fini par devenir une certitude, et nous les considérons souvent comme des vérités générales, des faits, des réalités, alors qu’elles sont très subjectives et nous bloquent considérablement. Voici quelques exemples de la forme qu’elles peuvent prendre :

  1. Je ne sais pas dessiner
  2. Je ne suis pas manuelle
  3. J’ai deux mains gauches
  4. Je ne dessine pas aussi bien que … (insérez le nom d’une personne que vous admirez pour ses talents créatifs mais dont le travail vous rappelle chaque jour que vous n’êtes pas encore au même stade qu’elle)
  5. Je suis nulle en … (insérez une activité créative que vous aimez mais que vous n’osez pas pratiquer)
  6. De toute façon personne ne « like » jamais mes photos sur Facebook
  7. Je ne suis pas une artiste, je fais ça « juste comme ça »
  8. Il faut faire les choses bien ou alors pas du tout
  9. On va se moquer de moi
  10. Je ne suis pas douée
  11. Je n’y arriverai jamais
  12. C’est trop compliqué
  13. C’est trop tard pour moi, j’aurais du m’y mettre quand j’étais plus jeune
  14. Je dessine comme un enfant de 4 ans
  15. Ce genre de choses ce n’est pas pour moi
  16. Ça ne sert à rien
  17. Je ne suis pas assez créative pour y arriver
  18. Il va me falloir des années de travail pour arriver à obtenir le résultat que je souhaite
  19. On ne peut pas tout avoir
  20. Les artistes ne gagnent pas leur vie facilement

Si vous êtes comme moi, il est bien probable qu’une ou plusieurs de ces croyances soit très solidement ancrée en vous. Pour ma part j’ai longtemps gardé en moi la croyance que je ne savais pas dessiner, que je ne dessinais pas aussi bien que …, que je n’y arriverais jamais, qu’il me faudrait des années de travail pour obtenir les résultats que je souhaitais, et que cela ne servait à rien de continuer car de toute façon c’était perdu d’avance (sous-entendu je n’avais aucun espoir d’en vivre un jour). Certaines de ces croyances ont totalement disparu, d’autres continuent à surgir régulièrement selon les projets sur lesquels je travaille, surtout lorsque je dois sortir de ma zone de confort et faire des choses nouvelles. Ce sont des croyance du style « ça n’intéressera personne », « je n’ai pas assez d’expérience pour le faire », « je ne sais pas où je vais ».

Comment se sortir de ces croyances limitantes et réussir à avancer ? Je ne connais pas de recette toute faite car ce qui marche pour certains ne marchera pas forcément pour d’autres, mais voici ci-dessous quelques pistes à explorer :

1) Identifier ses propres croyances limitantes

En identifiant précisément vos croyances limitantes et en les reconnaissant comme telles, leur force sera déjà considérablement amoindrie.

Parmi les croyances limitantes citées ci-dessus, laquelle vous parle le plus ? Y en a-t-il que vous aimeriez ajouter à la liste ? Répondez en commentaire sous cet article, il est bien possible que cela aide d’autres personnes à identifier les leurs !

2) Les considérer sous un angle nouveau

En essayant d’adopter un angle nouveau au sujet de nos croyances limitantes, il est possible de leur donner une connotation beaucoup plus positive et adoucir leur effet. Essayez d’écrire vos croyances limitantes sous un angle nouveau et positif, ou prenez du recul pour voir si elles sont réellement fondées. Quelques exemples :

  • « Je ne suis pas assez créative » -> on pourrait y ajouter « mais je peux regarder ce tuto vidéo en suivant les instructions à la lettre, sans me concentrer sur l’aspect créatif pour commencer ».
    Il est fort probable qu’une fois que vous aurez commencé à créer et aurez lâché prise sur l’aspect « créatif », vous ayez plein d’idées qui commencent à émerger toutes seules.
  • « Je ne sais pas dessiner » -> on pourrait y ajouter « mais je vais m’y mettre quand même car je sais que j’en suis capable ».
  • « Ça ne sert à rien » -> En suis-je sûre ?  N’y a-t-il vraiment personne à qui cela pourrait être utile, moi y compris ?

3) Les contrer avec l’EFT

L’EFT, « Emotional Freedom Technique », est une technique de libération émotionnelle. Cette méthode consiste à « tapoter » des point d’acupuncture précis afin de libérer nos émotions tout en les exprimant à voix haute. Ces points se situent sur les mains, la tête, le visage, le torse.
J’ai découvert cette technique lors de ma participation au Money Bootcamp (lien affilié) de Denise Duffield Thomas auquel je me suis inscrite en début d’année dernière. J’avais beaucoup de croyances limitantes concernant le fait de gagner sa vie confortablement en faisant ce qu’on aime, j’en ai toujours mais j’ai énormément évolué grâce au Bootcamp et à tous les outils très concrets qu’il propose. Ce programme m’a permis d’opérer des changements incroyables dans ma vie. En commençant à croire que c’était possible de vivre de ma passion, c’est finalement devenu possible, en beaucoup moins de temps que je ne l’aurais pensé.
L’EFT est utile dans tous les domaines et il existe des scripts pour à peu près tous types de situation, alors pourquoi ne pas l’utiliser également pour avancer dans nos projets créatifs ?
Exemples de phrases que l’on pourrait dire pendant une séance d’EFT :
– « Même s’il va me falloir des années de travail pour arriver à obtenir le résultat que je souhaite et que je vais me décourager, je m’accepte et je m’aime totalement et profondément telle que je suis ».
– « Même si mes dessins sont moches et sans intérêt, je m’accepte et je m’aime totalement et profondément telle que je suis ».

J’aime beaucoup cette méthode car plutôt que de faire taire une pensée ou une émotion bien réelle, on apprend à l’accueillir, l’écouter, l’exprimer tout en apprenant à s’accepter tels que nous sommes.

4) En faire des affirmations positives

Les affirmations positives aident à ancrer en nous des messages positifs. Vous pouvez tout à fait reformuler vos croyances limitantes pour en faire des affirmations positives. Essayez de prononcer les affirmations ci-dessous à voix haute. Que se passe-t-il lorsque vous prononcez ces mots ? Comment vous sentez-vous ? Si vous ressentez une émotion positive en répétant l’une de ces phrases, recopiez-la sur un bout de papier ou bien imprimez-la et affichez-la quelque part (dans votre carnet, sur votre frigo, dans votre bureau, sur un miroir) afin d’ancrer cette positivité dans votre quotidien.

  • Mes créations sont utiles
  • Je sais dessiner
  • Je suis une artiste
  • J’atteins toujours mes objectifs
  • Je suis une personne créative

Avez-vous envie de compléter cette liste d’affirmations positives ? Faites-le dans les commentaires !

***

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux.

Pensez également à vous inscrire à ma newsletter et recevez en bonus mes guides « Comment réduire son stress en faisant de l’art« , « 5 jours pour se (re)mettre à l’art journal » et le « Guide complet pour commencer à tangler« .

8 réflexions sur “ 20 croyances qui vous empêchent de créer librement… et comment les vaincre ”

  1. Je vous partage le commentaire de Lise G. qui n’a pas réussi à poster son message ici à cause de l’antispam… (vous êtes nombreux à me parler de ce souci que je n’ai toujours pas réussi à régler, veuillez m’en excuser). Elle m’a donc transmis son commentaire par mail :

    « Pendant longtemps, j’avais envie de créer, j’achetais du matériel etc… qui restait tristement dans un tiroir. Peur d’être confrontée à un résultat moche. Je dessine mal, j’ai 2 mains gauches etc…pas question de me ridiculiser !
    Puis, à force de thérapies, j’ai pris confiance, progressivement. Commencé par des collages et maintenant je crée des tableaux textiles qui plaisent, ô surprise ! Que j’ose montrer. Et que j’expose. J’en ai même vendu un, lol. Et offert 2.
    Coudre bien ? J’apprends au fur et à mesure. Je ne suis aucun modèle et je me fais vraiment plaisir… »

  2. Merci pour ton article !!!! Pour moi en ce moment le stress de pas faire quelque chose de joli du coup je bloque et je laisse de côté!!!!
    Le nouveau carré zentangle me fait cet effet même pas sortis le matos juste en voyant la vidéo
    Merci

  3. Bonjour, pour la part je me suis lancée dans la création de carte pour embellir les boites aux lettres, associations de bouts de papier pour un joli résultat qui plaît, je n’ai pas encore oser faire le pas de faire mes fonds avec des aquarelles ou des textures car je me bloque …..pour un comble c’est trop simple => j’en viens à ma croyance limitante qui me chuchote à l’oreille: ‘ca doit être difficile et compliqué pour avoir de la valeur’ ….alors me voilà avec mes cartes pas si facile à faire et qui me pousse à chaque fois un peu plus en dehors de ma zone de confort (cf l’onglet cartes de mon site)….ce week-end j’ai sorti la peinture pour faire de fond que j’ai tamponné une fois sec…pas si mal mais pas encore comme je veux ….encore un peu de travail avant de le proposer dans mes cartes mais j’y crois, je crois en moi et ce grâce à tes ateliers, le zentangle c’est magique et tes beaux messages sont toujours remplis de belles énergies …
    merci pour ca, merci de nous aider à avancer sur ce beau chemin qu’est celui de l’expression artistique

  4. Bonjour, en lisant cet article on se retrouve confrontée à nous même sur bcp de points, aussi bien dans ma vie courante que dans mes activités créatives.
    Le fait de mettre inscrite pour découvrir le zentangle m’apporte bcp de plaisir même si parfois je galère, je n’abandonne pas !
    J’ai vraiment hâte d’arriver aux cours libre et zen !
    Merci à toi pour ce partage,une merveilleuse idée que ce groupe virtuel :-), et merci aux personnes qui partagent et qui nous encouragent sur FB
    Belle journée à toi

  5. Bonjour et merci
    Cet article me fait du bien et m’ouvre les yeux sur pas mal de blocages enfouient en moi.
    Je ne dessine pas mais je suis créatrice de bijoux au crochet (Super, j’arrive à le dire maintenant ) et je peux rester longtemps sans crèer.
    Je me retrouve quand vous écrivez que  » les gens ne vont pas aimer, je suis nul etc.
    Votre article me fait énormément de bien, un énorme merci et bien sûr je partage.

  6. Personnellement je ne me sens pas limitée par les fausses croyances sur l’incapacité de créer mais par les points 12, 19 et 20! A savoir comment m’y prendre…. car je trouve qu’il y a beaucoup trop de gens qui se disent artistes sur les réseaux sociaux et que le problème c’est arriver à attirer le regard des gens sans tomber dans le commercial ni le systématique (oui je connais une artiste qui gagne de l’argent en peignant de la même manière X fois)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*